Le déroulement de la pêche des petites anguilles

Publié le par Le pêcheur du Net

 

LE DEROULEMENT DE LA PÊCHE DES PETITES ANGUILLES

 

Cette pêche est généralement pratiquée à plusieurs cannes, deux ou trois, car cela permet de prospecter plus d’endroit en même temps et surtout lorsqu’un banc d’anguille se trouve de chasser, les touches peuvent se succéder d’où l’intérêt d’avoir trois cannes au lieu d’une seule. L’esche vivement recommandée pour la pêche de l’anguille est le lombric (ver de terre) ; bien qu’on puisse prendre des sujets plus petits au ver de terreau ou bien des sujets plus gros au vif. 

 

Pour débuter la partie de pêche il convient tout d’abord de choisir un endroit approprié et où les anguilles on l’habitude de se cacher ou de chasser. C’est pourquoi les coins les plus efficaces sont ceux constitués d’une rive empierrée, descendant vers un fond sableux ou caillouteux. Il ne faut pas que le courant soit trop lent bien que les anguilles puissent tout aussi bien vivre en étang ou en lac.

 

Durant la partie de pêche, mieux vaut lancer les lignes vers l’aval, en plein courant. Laissez ensuite celui-ci ramener votre ligne prés des pierres de la rive. Si l’endroit est bien choisi, vous prendrez quelques anguilles à la tombée de la nuit ou tôt le matin, à moins que les eaux ne soient troubles auquel cas des prises seront possible en plein après-midi.

 

Les touches de l’anguille sont identifiables grâce à des frémissements continus et important du scion. Il faut ferrer rapidement avant que l’anguille n’ait le temps d’enrouler sa queue autour d’une branche ou d’une pierre, car la ramener serait alors très difficile. Une fois le poisson ferré, il faut mouliner tout aussi rapidement car l’anguille peut encore s’accrocher, et enfin il faut la faire sauter en souplesse jusque dans vos mains.

 

 C’est là qu’est la plus grande difficulté de la pêche à l’anguille, car son mucus et les tortillements continus qu’elle donne à son corps la rendent quasi insaisissable à main nue, c’est pourquoi mieux vaut être muni d’un chiffon alors fort utile pour maintenir l’anguille le temps de retirer l’hameçon. Mais attention, même une fois l’anguille dans votre main, tout n’est pas terminé, car il arrive bien souvent qu’elle emmêle le bas de ligne si le pêcheur n’y prend pas garde. C’est pourquoi il faut toujours avoir sur soi des bas de ligne de rechange. 

 

Vous pourrez parfaitement conserver vos anguilles durant le temps de pêche dans un sceau fermé, ce qui contribuera à les tuer par asphyxie ; ou bien dans une bourriche française, mais là les anguilles resteront en vie un bon moment.

 

L’épuisette est à proscrire pour la pêche de l’anguille, car ce poisson serpentiforme pourrait passer à travers les mailles ou bien y emmêler sa queue. En cas de grosse prise, mieux vaut prévoir un parapluie qui servira alors d’épuisette.


 

 

L'histoire de la pêche

 

Les Techniques

 

Les poissons

 

Actualité

 

Vos plus belles prises

Publié dans peche

Commenter cet article