L'Anguille description

Publié le par Le pêcheur du Net

 

DESCRIPTION DE L'ANGUILLE EUROPEENNE.

 

L’Anguille est l’un des poissons les plus singuliers de nos eaux. En effet, avec son corps long et fin, ses nageoires ressemblantes à des rubans, elle nous fait inévitablement penser à un serpent. Par ailleurs, son cycle de vie et sa migration sont tout aussi fantastique que son apparence. C’est ainsi que l’anguille, pourtant répandue dans toute l’Europe, est longtemps demeurée une énigme zoologique. En effet, car seuls les adultes sont présents dans nos cours d’eau, et donc son origine et son cycle de vie sont demeurés un grand mystère jusqu’à ce que études soient effectuées au début du XXème siècle.

 

 

 Voici le cycle de vie d'une Anguille europénne.

 

 

 

En réalité, l’anguille européenne se reproduit dans la mer des sargasses, située à pas moins de 5000 kilomètres de l’Europe, au large des Bermudes. Après l’éclosion, les larves migrent vers le continent européen en se laissant emporter par les eaux chaudes du Gulf Stream. Quelques mois avant d’atteindre les côtes européennes, elles subissent une métamorphose, et se transforment en civelles. Dès lors, elles s’empressent de trouver un estuaire, là où la nourriture est abondante afin qu’elles puissent se développer. Elles attendent là le temps qu’elles grossissent, et qu’elles se couvrent de pigments bruns sur le dos et jaune sous le ventre, d’où leur surnom d’anguille jaune. Puis elles commencent à remonter dans nos rivières, en affrontant bien souvent des courants violents pour s’installer dans un fleuve, une rivière, un ruisseau ou parfois même un étang clos qu’elles gagneront en rampant sur les sols humides. Elles demeureront alors là, et continueront à grossir durant plusieurs années. Après quatre à huit ans, une dernière métamorphose opère. Les anguilles deviennent argentées, la tête plus pointue et les yeux plus grands pour pouvoir évoluer dans les eaux profondes. Arrivé à ce stade, dès que l’automne arrive, les anguilles descendent les cours d’eau la nuit pour regagner l’océan. Grâce à leur peau fine, qui permet de laisser passer l’oxygène sans perdre l’eau, et à leurs branchies étanches, elles sont capables de survivre longtemps hors de l’eau. Ainsi, dans leur migration vers la mer des sargasses, il leur arrive souvent de traverser des bancs de terre.

 

 D'abord, l'éclosion des oeufs pondus par les anguilles argentées donne naissance à des larves: les leptocéphales, qui petit à petit se transformeront en civelles. C'est cette évolution qui est représentée sur le schéma ci-dessous:


 

La première métamorphose, donc, est celle du passage de l'état de larve à l'état de civelle, ces civelles sont au début tansparentes.


 

Puis, petit à petit, les civelles se colorent de pigments brun.


 

Ensuite, les civelles se transforment en anguilles jaune. C'est elles que l'on trouve dans nos cours d'eau.


 

Enfin, au bout de plusieurs années, ces anguilles subissent une dernière métamorphose, et se transforment en anguilles argentées. Elles sont alors prête à retourner vers le mer des sargasses pour s'y reproduire.

 

 

Aujourd’hui encore, nous avons peu d’informations sur les mouvements des anguilles une fois retournées en mer. Elles commencent à remonter nos cours d’eau en automne, quitte l’Europe en hiver, et l’on pense qu’elles nagent dans des profondeurs comprises entre 200 et 300 mètres pour aller pondre dans la mer des sargasses. En progressant de 30 kilomètres par jour, il est possible qu’elles arrivent là-bas au printemps suivant. Une fois leur migration terminée, elles sont parfaitement mâture et prête à l’accouplement. Aucun n’œuf n’a jamais étaient aperçu ; mais la reproduction se déroule certainement elle aussi dans une profondeur comprise entre 200 et 300 mètres. Dans ces eaux subtropicales, la température moyenne est de 20°C.  Les œufs donneront naissance à des larves (leptocéphales) d’une dizaine de millimètres tandis que les adultes mourront après la ponte.

 

 

 Carte de l'aire de répartition de l'Anguille europénne.

 

 

En bleu foncé: la mer des sargasses, située à 5000 kiomètres de l'europe, lieu précis où les anguilles argentées migrent pour se reproduire. 

En rouge: aire de répartition de l'Anguille européenne. C'est ici que les civelles arrivent et qu'elles grandissent jusqu'à devenir à leur tour des anguilles argentées.

 

 

L’anguille européenne chasse ses proies au crépuscule et durant la nuit. Les proies qu’elle capture sont nombreuses et variées. Elle chasse sur le fond des eaux saumâtre et des eaux douces, en fouillant le sol. Deux catégories d’anguille sont observables selon leur régime alimentaire, bien qu’elles appartiennent à la même espèce. Les anguilles possédant un long museau pointu se nourrissent essentiellement de petits invertébrés : ver, mollusques, petits crustacés, insectes aquatiques, etc … En revanche, celles qui ont un large museau s’attaquent à de plus gros animaux : crabes, petits poissons, grenouille, etc … Une fois qu’elle a atteint le stade d’anguille argentée, elle arrête de se nourrir. Sa bouche devient alors plus petite, la puissance de ses mâchoires diminue et l’appareil digestif rétrécit pour laisser place aux organes sexuels. Durant son long voyage vers la mer des sargasses, l’anguille ne se nourri pas et puise dans ses réserves de graisse. D’ailleurs, des études ont démontré que les anguilles argentées sont capables de vivre plusieurs années sans avaler la moindre nourriture.

 

 

 Les Anguilles peuvent vivrent plusieurs heures hors de l'eau.

 

 

 

L’anguille européenne est depuis longtemps pêchée pour l’alimentation. Aujourd’hui, elle est vendue fraîche, salée ou fumée selon les coutumes et les préférences de chacun. Les anguilles jaunes sont pêchées dans tous les cours d’eau, avec des crochets, des lignes ou des pièges (nasses), bien qu’elles soient plus nombreuses dans les estuaires et les fleuves littoraux. La chair des anguilles est très appréciée par l’homme. D’autres part, les civelles qui arrivent dans les estuaires font aussi l’objet de pêche intensive. Elles continuent, notamment en Espagne où la civelle constitue un véritable repas de Noël. Ainsi, malgré quelques mesures de réglementation pour protéger l’espèce, les civelles font toujours l’objet de braconnage. C’est d’autant plus inquiétant que ces pêches trop intensives risque à long terme de mettre l’espèce en voie de disparition. Déjà en France on assiste à la disparition de ce poisson dans de nombreux cours d’eau. Les raisons en sont la surpêche des civelles, la pollution des cours d’eau et les divers ouvrages entrepris sur les fleuves, les barrages par exemple empêche les anguilles de retourner se reproduire.

 

 

 La pêche trop intensive et bien souvent illégal de l'anguille et surtout des civelles en font une espèce menacée.

 

 

 

Pour l’anguille les mâles mesurent de 30 à 40 centimètres, tandis que les femelles sont beaucoup plus grandes, entre 40 et 100 centimètres. Les plus grosses anguilles peuvent atteindre 4 kilogrammes. Ce poisson au corps allongé serpentiforme, est dépourvu de nageoires pelviennes. L’anale et la dorsale sont en fait réunies en une nageoire unique mais très longue. La peau de l’anguille est recouverte d’un mucus abondant, et bien qu’on puisse croire que non, elle porte de minuscules écailles quasi invisibles. Un autre point fantastique chez l’anguille européenne, c’est sa longévité. En effet, car s’il est vrai que les adultes se laissent mourir de faim après avoir pondu, les anguilles peuvent vivre entre 25 et 50 ans si on les empêche de migrer vers la mer des sargasses.

 

 L'histoire de la pêche

 

Les Techniques

 

Les poissons

 

Actualité

 

Vos plus belles prises

Publié dans peche

Commenter cet article