Le déroulement de la pêche au coup du vairon

Publié le par Le pêcheur du Net

 

LE DEROULEMENT DE LA PÊCHE AU COUP DU VAIRON.

 

Tout d’abord, il faut rechercher un banc de vairons avant de débuter la partie de pêche. Pour cela, mieux vaut privilégier les bords de rivières et plus particulièrement les trous abrités du courant, comme un arbre tombé à l’eau par exemple. Ils pourront tout aussi bien se tenir derrière un rocher qui brise le courant et les met ainsi à l’abri. En ruisseau, ils seront présents dans les trous profonds. Enfin en été, on peut aussi les rechercher à l’aval d’une chute d’eau, car ils y trouveront tout l’oxygène nécessaire.


Pour débuter la partie de pêche, il convient de rassembler les vairons en envoyant quelques noix d’amorces sur le coup recherché. L’amorce d’ablettes fera parfaitement l’affaire, et pour que celle-ci se désagrége dans le courant, on pourra y ajouter un peu de bentonite. Cet amorçage rassemblera non seulement les vairons présents sur le lieu de pêche, mais attirera aussi ceux se trouvent en aval.

 

 

 Quelques noisettes d'appât sufisent à rassembler les vairons sur le coup.

 

 

 

La pêche peut alors commencer. Pour une plus grande réussite, prospecter les eaux troublées par l’amorce, car c’est là que se trouvent les vairons. Au bout d’un certain temps, si les touches se font rares, essayer de rappeler les vairons sur le coup avec un amorçage de rappel, mais si rien n’y fait, changez de trou car si les vairons ne sont plus présents ici, ils le sont certainement encore quelques mètres plus loin.

 

 

 Les vairons sont voraces et les prises peuvent se succéder les unes derrière les autres.

 

 

 

En règle générale, plus vous pêchez profond, plus les vairons sont gros. De plus, en pêchant le vairon, vous avez de grandes chances de prendre son cousin le goujon, car ces deux espèces vivent souvent en harmonie.

 

Les meilleures esches pour la pêche au vairon sont indubitablement le ver de terreau et le ver de vase. Si vous choisissez le ver de terreau, prenez soin de le couper en tronçons car le vairon reste un petit poisson et une trop grosse esche entraînerait des décrochages répétitifs. Pour éviter ces décrochages, vous pouvez faire en sorte que la pointe de l’hameçon dépasse de l’esche, cela facilitera le ferrage du poisson et ne vous en faites pas, le vairon ne s’en souciera pas.

 

Si vous avez de la chance, vous pourrez capturer plusieurs centaines de vairons en une demi-journée. Vous pourrez ensuite les manger en friture ou en omelette, dans ce cas là conservez les durant la partie de pêche dans une musette ou un sac garni de feuilles de fougères ; ou bien vous pourrez les utiliser comme vif, excellent pour la pêche de la truite et autres carnassiers comme le brochet, le sandre et la perche. Pour les gardez comme vif, conservez les durant la partie de pêche dans un sceau rempli d’eau, prévoyez un couvercle pour le sceau car les vairons sont des poissons dégourdis qui ne manqueraient pas de sauter hors du sceau.

 

 

 Les vifs se consevrent très bien durant la partie de pêche dans un petit sceau rempli d'eau.

 

 

 

Maintenant vous êtes fin prés pour la pêche au coup du vairon, c’est à vous de jouer et l’expérimentation réelle est le meilleur moyen d’apprendre ! Si vous avez des questions, posez me les, je vous répondrais dans un délai maximum de deux semaines.( pecheurdunet@wanadoo.fr)

 

L'histoire de la pêche

 

Les Techniques

 

Les poissons

 

Actualité

 

Vos plus belles prises

Publié dans peche

Commenter cet article