Description de la pêche au coup.

Publié le par Le pêcheur du Net

 

DESCRIPTION DE LA PÊCHE AU COUP.

 

Pour bien des gens, le pêcheur à la ligne est une personne immobile, assise sur son panier-siège ou bien dans l’herbe, avec deux ou trois canne devant lui, et il semble attendre là toute une éternité.

 

 

 Voilà la caricature typique du pêcheur au coup. Beaucoup de gens pensent que la pêche au coup se déroule ainsi, autrmeent dit une attente interminable.

 

 

 

Mais les pêcheurs savent bien qu’il s’agit là d’une image entièrement caricaturale. Et que, même s’il est vrai que la pêche au coup se pratique généralement assis, pour des raisons que nous verrons plus tard, il est à l’écoute de la nature et ne relâche pas une seule seconde l’attention de sa ligne. D’ailleurs, pour pouvoir être plus attentif, il est rare qu’un pêcheur au coup tende plusieurs cannes à la fois, la pêche sérieuse devenant alors impossible. En effet, car même s’il semble immobile, le pêcheur au coup accomplit mille actions qui nécessitent une précision extrême, en exemple citons l’amorçage de départ et celui de rappel, il ne faut ni envoyer l’appât trop loin, ni l’envoyer trop près. Et puis il y a aussi tout l’art du pêcheur au coup, celui de provoquer la touche. Le pêcheur au coup d’aujourd’hui n’attend plus que les poissons se décident à morde, c’est lui qui décide les poissons à mordre ; en procédant de multiples manières, notamment par des levés et relâchés de bouchon astucieux, qui ont pour but de donner une allure naturelle à l’esche et d’exciter le poisson. Enfin, lorsque la touche se montre enfin le pêcheur au coup doit faire preuve d’une vivacité sans faille, il ne doit pas ferrer trop fort sous peine d’emmêler sa ligne, mais avec assez d’énergie pour que le poisson soit bien pris et ne se décroche pas. Cette vivacité doit être d’autant plus vraie pour la pêche à l’ablette, qui ne se manifeste que par des « touches éclairs ».

 

 

 La petite ablette, dont les touches furtives sont surnomées « touches éclairs ».

 

 

 

De plus, la pêche au coup peut se révéler être un véritable sport : lorsque l’on prend une belle pièce qui a décidé de défendre sa vie jusqu’au bout. En effet, une carpe de 10 kg peut être très épuisante pour un pêcheur qui tente de la ramener à la « grande canne. » Ce sont là des sensations indescriptibles, que seul les pêcheurs connaissent, un véritable plaisir. C’est à ce moment là que le pêcheur au coup  doit faire preuve de précisions dans ses gestes, mettre à l’œuvre son expérience et son savoir. Si jamais il ne respecte pas cela, où si son matériel est mal adapté, il n’y a qu’une seule issue possible, le poisson disparaît avec l’hameçon et le bas de ligne. C’est un véritable combat entre la maîtrise du pêcheur et la force du poisson.

 

 

 Une belle carpe donne toujours beaucoup de plaisir à la pêche au coup.

 

 

 

Tout ce qui aime ce type de pêche le savent, sa ne s’improvise pas. Il faut y être préparé. Pour cela, il faut d’abord avoir appris les bases de la pêche au coup. Pour ce faire, on commence par rechercher de petits poissons, et au fur et à mesure que l’on apprend, on pêche plus gros. On commencera donc par le petit vairon ou la petite ablette, puis on débutera le gardon, on continuera avec la tanche ou le rotengle, pour finir par la grosse brème et la belle carpe. C’est dans l’ordre des choses qu’il faut procéder. Si l’on débute d’entrée par une grosse tanche alors qu’on n'a jamais pêché (a moins d’être aidé par un pêcheur plus expérimenté) les chances de réussir sont faibles. L’expérience est une chose qui s’acquiert progressivement. Une fois cette expérience acquise, il faut préparer son matériel méticuleusement. Préparer son matériel, cela signifie tout prévoir, c’est une anticipation de la pêche. Les débutants achèteront leur ligne, tandis que les autres se les monteront eux-même, certains vont même jusqu’à fabriquer leurs propres flotteurs. Ce qui compte avant tout, c’est de tout prévoir, comme je l’ai déjà dit. Ainsi, si l’on veut pêcher le gardon, un corps de ligne de 8 centièmes devrait suffire amplement. On préparera donc, non pas une ligne en 8 centièmes, mais deux ou trois, car il faut toujours penser que l’on peut casser, auquel cas des bas de ligne suffisent, mais on peut aussi tout perdre, le flotteur et tout le reste y compris, ce sont des choses qui arrive, et dans ces cas là des lignes de rechanges se révèlent être très utile. Ensuite, même si l’on compte pêcher de petits gardons, il faut prévoir une ou deux lignes plus grosses, de sorte que si un gros vient embêter nos gardons, la partie de pêche ne soit pas perdue mais puisse se poursuivre. A l’inverse, si l’on pêche la brème ou la carpe, il faudra prévoir quelques petites lignes, car si les gros ne se montrent pas, on pourra alors toujours passer le temps avec de la "friture". Bien d'autre matériel est encore nécessaire, comme les hameçons, la sonde, le panier-siège pour pouvoir s'asseoir et ne pas se fatiguer en tenant la canne, qui peut mesurer jusqu'à 15 mètres. Enfin, dernier point pour réussir une partie de pêche, il faut aussi préparer ses appâts et ses esches. De nombreux pêcheurs achètent leur amorce chez le marchand de pêche, mais les professionnels ont leur recette personnelle. Pour l’esche, le roi de la pêche au coup c’est le fouillis. Ce sont des larves de chironomes, rouges, auxquelles aucun poisson blanc ne résiste. Mais c’est larve sont souvent cher, on peut en trouver dans les fonds vaseux d’eaux stagnantes. Sinon, l’esche utilisée reste les asticots.

 

 

 Les flotteurs sont multiples: plats, ronds, en long, il y en a une infinité, le tout est de faire le bon choix.

 

 

 

En somme, la pêche au coup est certainement l’ancêtre de toutes les techniques de pêches que nous connaissons aujourd’hui. Grâce à elle, le pêcheur retrouve un environnement plaisant et peut apprendre tout en s’amusant. Mais attention, car les poissons eux aussi ont appris. Ceux-ci sont devenus méfiants et pour cela, l’évolution du matériel est constante.

 

 

L'histoire de la pêche

 

Les Techniques

 

Les poissons

 

Actualité

 

Vos plus belles prises

Publié dans peche

Commenter cet article